Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] 1542452352-vx
Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] 1542452638-vx
Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] 1542454893-vx
Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] 1542455974-vx



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour/Bonsoir Invité Bienvenue sur Heartbeat: au coeur des urgences
l'unique rpg inspiré des séries médicaux, policières et de leur spin off le forum a ouvert officiellement ses portes le 02/09/2018.
N'hésitez pas à voter pour le forum sur nos différents topsites ICI et un joli petit mot sur notre page sur PRD

Partagez
 

 Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/! -16] [Flashback] Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] EmptyMer 5 Déc - 23:44

Derrière le comptoir d'un pub de Belfast, je lave et j'essuie les verres. Un concert d'un groupe réputé dans la ville se déroule en ce moment. J'y travaille en extra. Ça me fait un peu d'argent. Il faut bien survivre. Mon regard se pose sur un groupe et en particulier une fille, brune, mon âge. Nous étions au collège ensemble. Si je me souviens bien d'elle, elle m'ignore totalement. Elle s'amuse, flirte, ses rires sont solaires. Elle parle si fort, que je ne peux m'empêcher d'entendre sa conversation. Elle est si heureuse. La vie lui sourit. Elle me crache sans le vouloir, son bonheur à la figure. Je n'en peux plus. Ça fait des mois et des mois que je me retiens de ne pas replonger dans ce qu'il y a de pire au plus profond de mon être. Sans cesse, la voix de Paul me revient à l'esprit. Détruit-là. Fais la souffrir comme tu souffres. Je résiste difficilement. Même en souvenir, l'emprise que cet homme que l'on peut davantage qualifier de monstre, reste forte. Tu es comme moi Katie. Ces paroles ne cessent de tourner en boucle dans mon esprit dérangé. Un verre se brise dans ma main. Je serre l'éclat de verre dans ma paume. Du sang s'écoule. La douleur me brûle la chair. L'une des serveuses, vient me mettre un bandage après qu'elle ait remarqué ma blessure. Un accident est si vite arrivé. Elle ne se pose pas plus de questions que cela. La soirée bat son plein. Mon ancienne camarade de collège boit de plus en plus. Ses rires sont de plus en plus fort. Je n'en peux plus. Je veux qu'elle souffre. Autant que moi. Paul a raison, je suis exactement comme lui. À quoi bon résister contre ma nature ?

L'alcool fait des ravages. Je propose à la brune de la raccompagner chez elle, prétextant que dans son état, il vaut mieux éviter qu'elle prenne sa voiture. Un homme ayant été plus qu'entreprenant avec elle, elle décide de me suivre. Si seulement, elle s'était mefiée. Bien trop ivre pour se rendre compte de ce qu'il se passe véritablement, elle ne réalise pas que je l'emmène à un tout autre endroit que là où elle habite. Mais dans une maison, où Paul m'emmenait pour faire ses jeux pervers.

Je la déshabille, lui donne bain chaud. Elle n'est qu'une poupée pour moi. Je lui vernis les ongles comme le faisait Paul à ses victimes. Je lui sèche les cheveux, son corps. Je lui met un ensemble de lingerie fine sexy. Je la dépose sur le lit, celui là même où il m'attachait. Les sangles sont encore là. Je lui attache solidement les poignets et les chevilles. Je dépose un baiser sur les lèvres avant de la laisser dormir. Dans son état, anesthésiée par l'alcool, elle n'aurait pas ressenti la douleur. Je veux qu'elle la ressente pleinement. Ma proie se réveille le lendemain. Je l'entend hurler. Il est temps de laisser sortir le monstre enfermé depuis trop longtemps en moi. Il est temps qu'il revive enfin.

Je fini de me préparer tout ce qu'il faut.  Habillée d'une combinaison noire, j'attache mes cheveux et les dans ma capuche cagoule. Seul mon regard est visible. Je m'approche d'elle avec un tisonnier. Il est encore froid pour le moment. Le feu crépite dans la cheminée. J'arrache son déshabillé. Nue, ma victime semble si fragile. Elle hurle. Je lui met un scotch sur la bouche pour la bâillonner. Je peux lire la peur dans son regard. Je me délecte de sa terreur. Je fais glisser l'arme sur sa peau immaculée. J'appuie dessus en y mettant une pression modérée. Ce n'est qu'un hors d'oeuvre. Mon regard brille d'une lueur malsaine. Je fais chauffer le tisonnier dans les flammes. Je la sort du feu revient vers ma proie. Dans mon esprit la voix de Paul m'encourage à le faire. La notion de morale n'existe plus en cet instant. La voix de la raison se perd dans les méandres de mon esprit ravagé. Bientôt, les démons m'emporteront avec eux. Les flammes de l'Enfer me brûleront. J'appuie le bout incandescent de mon arme sur le ventre de ma proie.
@Thomas Anderson
Revenir en haut Aller en bas
Bang you shot me down
Thomas Anderson
Masculin
Messages : 124
Date d'inscription : 21/11/2018
Localisation : Belfast en Irlande
Famille : Mes parents et grands parents
Profession : Sergent détective
Bang you shot me down
MessageSujet: Re: Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] EmptySam 8 Déc - 11:54

Save me from myself  Feat Apri Katerina Crowley

       

Les choses reprenaient son cours à Belfast, bien que le nom de Paul Spector reste sur toutes les lèvres. Des années entières s'étaient écoulées, mais dans les coins les plus sombres on murmurait encore le nom de l'étrangleur... Cela faisait froid dans le dos... Cela nous glaçait le sang.. Belfast a toujours été le théâtre d’événements forts et tragiques, mais pas de cette envergure. Après avoir clôturé difficilement le dossier le Paul Spector, j'ai continué à servir cette ville, du mieux que je pouvais, car à de nombreuses reprises, je me suis retrouvé blessé et aujourd'hui j'en payais le prix, au risque de devoir abandonné ma carrière de sergent inspecteur . Après avoir reçu une balle dans le bras, pour m’être retrouvé menotté à la cible, le tueur de Belfast m'a tordu puis brisé le bras après une audition qui a viré au rouge, surtout pour Stella Gibson . Je le revois encore , toute cette haine dans son regard alors qu'il la rouait de coups... A dessein, car cette dernière s'était immiscé dans sa vie , au point de deviner tous ses stratèges les plus absurdes.  D'une manière assez perverse il avait laissé une empreinte sur tous ceux qui ont participé au programme «  music man »  et aujourd'hui, il était difficile de croire réellement en sa mort et pourtant, j'avais vu son cadavre à la morgue, après qu'il s'est donné la mort dans cette prison médicale.  Oui , j'étais revenu de ma convalescence pour cracher sur la tombe de se pourri qui s'est rependu tel un fléau sur nos existence. Paul Spector est mort... C'était la fin de l'étrangleur , pas celle que nous avions tous escompté ,  surtout pour le Commissaire Divisionnaire  qui voulait le voir payer le prix de ses crimes  en prison.. Paul Spector s'était donné la mort et sa main s'était défait du Nord de l'Irlande . Mais il monnaie courante qu'une telle emprise réveille l'esprit d’imitateurs , car notre étrangleur n'était pas sans fanatique. Il suffisait de revoir cette gamine et son amour inconditionnel pour ce tueur.. Moi même j'avais ressenti de la fascination pour lui, pour son mode opératoire et  sa manière si sournoise de nous échapper à chaque fois... Une audition avec lui était une audition sans aucun battement de cils. Je sais je l'ai eu face à moi au cours d'une interrogation , pour une affaire d'enlèvement.. Celle de Rose Stagg, autrement dit  une de ses  premières victimes qu'il a manqué à deux reprises, car la brune est toujours en vie. Mais sous l'emprise encore de son assaillant.. Difficile de se remettre d'une souffrance pareille, elle qui s'est retrouvée enfermée au fond d'un coffre avec pour seule compagnie la mort en face. Pour ma part je n'ai jamais cessé de suivre les états psychologiques de ses victimes, de sa famille et de l'adolescente qui se serait donnée la mort pour qu'il pose son regard froid et dur sur elle. Je la sentais encore fragile et la mort de son enfant, elle l'avait reçu comme un coup de couteau en plein cœur.  Je savais que ça la ramènerait à Paul Spector, nous vivons tous cette boucle infernale depuis que cette affaire nous a touché de près ou de loin.. Il avait beau être au fond d'une tombe , il continuait à répandre son effet indésirable sur nous. La preuve , j'avais même peur de m'engager dans une relation, pourtant je voulais aimer April de toutes mes forces.. Et accueillir son enfant dans ma vie comme ci qu'il était le mien. Enfin pour cela il faudrait déjà qu'elle ferme les yeux sur Jackson Avery, pour les ouvrir sur son ami à l'autre bout du monde. Bref... J'avais décidé de garder un œil alerte sur Katerina Crowley,  au point de faire surveiller certains de ses déplacements. On m'avait d'ailleurs signalé une allée-venue , plutôt curieuse dans un bâtiment qui n'était pas son domicile... C'est donc sans crier gare que je me suis présenté avec un autre inspecteur. C'était silencieux à l'intérieur, mais mon instinct m'avait susurrer de forcer la porte de la chambre à coups de pied, et c'est alors que je tombais sur une scène similaire à ceux laissé par Paul Spector. La victime était groggy mais pas morte, et mon arme était pointée sur l'autre individu  qui de corpulence avait tout l'air d'une femme...Katerina? Lève les mains en l'air et lâche ton arme ! Avais-je insisté avant de me rapprocher de l'inconnue et de dévoiler son visage. J'avais aussi baissé mon arme, mais je la tenais fermement pour la maitriser.
 




REDBONE

_________________
Don't do anything stupid until I get back

   
'Cause I'm with you until the end of the line
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] EmptySam 8 Déc - 15:04

La femme allongée sur le lit est plongée dans la terreur. Je m'amuse avec elle. Comme il le faisait avec ses victimes. Je ne ressens qu'un mélange de haine et de désespoir. Pourquoi est ce que la putain de roue du Karma ne tourne jamais ? Si Belfast est sombre, ce n'est encore rien comparé à ce qu'il y a dans mon coeur. Mon coeur détruit à cause de lui. Paul Spector n'est plus et son souvenir me hante sans cesse. Il a ce goût des histoires inachevés. Il est de ceux, dont la présence subsiste au delà de la mort. Je n'ai pas pu assister à son enterrement. Aurais-je dû y aller ?

J'ai essayé d'être une meilleure personne. Les paroles de Stella ont trouvés une petite place quelque part dans mon esprit torturé. Victime. Bourreau, je suis l'un et l'autre à la fois. J'ai échoué. Je suis de la même nature que l'homme qui a détruit tant de vies. À trop enchaîner la bête en moi, elle se renforce. Elle brise ses chaînes. À quoi bon lutter ? À quoi bon s'acharner à devenir ce que je ne peux pas être. À quoi bon refouler ces sentiments qui me dévorent ? La douleur m'emporte, elle me motive. Ne reste plus que l'envie de faire souffrir cette pauvre jeune fille. Autant que je souffre. Je veux qu'elle ressente ce que je ressens. Je veux lui faire payer sa joie de vivre. Que sa peau si immaculée soit comme la mienne.

Une voix me ramène à un semblant de réalité. Je n'ai pas besoin de me retourner pour savoir de qui il s'agit. L'ordre est clair. Je garde mon arme fermement en main. Menaçant d'avantage la femme sur le lit.

- Nous serons deux à mourir aujourd'hui...

En finir avec tout ça. Je n'ai pas réussi à vivre. Je ne devais pas être faite pour ça.

- Qu'est ce que tu attends pour tirer ? Tues-moi ! Achèves moi ! Bordel ! Tu n'as pas ce qu'il faut dans le pantalon pour ça aussi ? C'est ça ?

Il ne fait rien. Et ceux malgré mes multiples provocations. Il se rapproche. Me découvre le visage. Je suis incapable de bouger. Il me tient fermement. Mon arme tombe au sol en faisant un bruit sec. Une larme s'écoule sur ma joue.

- Il est trop tard pour moi... Il a raison. Je suis exactement comme lui. Il n'y a plus rien à sauver.

Le timbre de ma voix est celle d'une femme désespérée. Morte intérieurement.

- J'ai déjà tout perdu. Je ne suis rien sans lui. Laisses-moi le rejoindre, je t'en prie.

Paul celui qui est entré dans mon âme et m'a modeler à son image. Cet homme qui dévore mes pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Bang you shot me down
Thomas Anderson
Masculin
Messages : 124
Date d'inscription : 21/11/2018
Localisation : Belfast en Irlande
Famille : Mes parents et grands parents
Profession : Sergent détective
Bang you shot me down
MessageSujet: Re: Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] EmptyMer 19 Déc - 7:49

Save me from myself  Feat Apri Katerina Crowley

       
A la seconde où j'avais franchi cette chambre, mon cœur s'était serré durement dans ma poitrine. Tout m'avait ramené  à Paul Spector , et bien évidemment de nombreuses cicatrises s'étaient ré-ouvertes à la vue de ce mode opératoire qui lui était étrangement similaire. La victime se débattait , mais on devinait clairement qu'elle était aussi épuisée de tirer sur ces liens. La peur se lisait dans ses yeux, mais ce n'était pas là le retour de l'étrangleur de Belfast, mais juste un imitateur et au vu de son dossier psychiatrique , je connaissais plus ou moins l'identité de son agresseur.. Katerina Crowley.. Pourquoi n'étais-je pas étonné de trouver une femme au lieu d'un homme sous la cagoule . De trouver cette personne en particulier qui lui vouait à l'époque un amour démesuré.  En faisant cela , la brune devait se sentir plus proche de son amour perdu, une obsession qui semble brûler de nouveau depuis ce tragique incident. Elle avait perdu son enfant et là encore j'avais gardé un œil sur l'adolescente avant qu'elle commette l'irréparable...Elle était instable, mais nous l'étions tous à notre manière. Paul Spector avait laissé une sombre emprunte sur nos esprits, et il nous était difficile de vivre avec sans vaciller dans les Ténèbres. « Nous serons deux à mourir aujourd'hui... » Personne n'allait mourir aujourd'hui, il n'était pas encore trop tard pour reculer, abaisser son arme et se rendre à la justice. Son dossier psychiatrique est lourd , la brune pouvait encore s'en tirer auprès  du juge. « Qu'est ce que tu attends pour tirer ? Tues-moi ! Achèves moi ! Bordel ! Tu n'as pas ce qu'il faut dans le pantalon pour ça aussi ? C'est ça ? »  Maintenant ma position, je ne bougeai pas d'un cil, je connaissais que trop bien le sentiment qui l'animait et pour rien au monde j'allais appuyer sur la gâchette et mettre ainsi fin à cette douleur qui la consume.  Elle avait fait du chemin pour en arrivé à cette stabilité, et il n'était pas trop tard pour emprunter la voie du pardon. Je sais qui est Katerina Crowley, je l'avais auditionné  au cours de l'affaire Paul Spector et ce n'était qu'un esprit confus et torturé, qui cherche désespéramment quelqu'un sur qui se raccrocher pour ne pas chuter.  Après l'avoir neutralisé, je mis vivement  son visage à découvert, pour enfin la désarmer en faisant tomber son arme à terre .  J'étais plus que certain que la brune n'allait pas tirer sur moi,  j'étais  l'une de ces personnes qui étaient en contact direct avec son fantasme et d'une manière singulière le rendait encore vivant.  Tout ce qu'elle cherchait c'était de mettre fin à cette torture mentale , mettre fin à cet amour qui n'est plus que chimère..  « Il est trop tard pour moi... Il a raison. Je suis exactement comme lui. Il n'y a plus rien à sauver. »  Je ne dis rien, faisant signe à mon collègue de me passer les menottes. « J'ai déjà tout perdu. Je ne suis rien sans lui. Laisses-moi le rejoindre, je t'en prie. »  Si elle désirait le rejoindre pourquoi ne pas se tirer une balle dans la tête ou se mettre un sac en plastique et le fermer avec  du ruban adhésif... Katerina avait agressé une innocente personne et devait à présent répondre de ses actes.  Lui passant alors les menottes aux poignets,  je dis. Tu vas nous suivre au poste et je ne veux plus entendre parlé de Paul Spector.  Des années entières s'étaient écoulées depuis cette affaire, et j'en faisais encore des cauchemars la nuit. Parfois, il m'arrivait de sentir son regard froid et impénétrable sur moi... Pourtant j'avais lu son rapport d'autopsie , je m'étais présenté à sa tombe... La faisant alors sortir de l'immeuble pour la forcer à monter à l'arrière de  notre voiture, je renchéris. Tu as besoin d'aide , comme nous tous.   Son comportement m'arrachait plus de peine que de dégout, on était tous des victimes de ce marionnettiste. L'ambulance sur place pour la victime, j'attendis le retour de mon coéquipier avant de regagner le poste de police où elle fut placée en détention. Le temps qu'elle se calme...Le temps qu'elle soit plus encline à parler au cours d'une audition, que je tiendrais.

 




REDBONE

_________________
Don't do anything stupid until I get back

   
'Cause I'm with you until the end of the line
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Save me from myself [feat. Thomas Anderson] [/!\ -16] [Flashback]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Master de Paul Thomas Anderson (2012)
» Inherent Vice (Paul Thomas Anderson) - 2014
» Les illustrations de Thomas Nast
» Thomas Mann
» [SOFT/TUTO] SHAKE & SAVE : Prendre une capture d'écran de votre HTC [Gratuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heartbeat: au coeur de l'urgence ::  :: Bribes de souvenirs :: Archives-