trying to reconnect (LUCAS) 1542452352-vx
trying to reconnect (LUCAS) 1542452638-vx
trying to reconnect (LUCAS) 1542454893-vx
trying to reconnect (LUCAS) 1542455974-vx



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour/Bonsoir Invité Bienvenue sur Heartbeat: au coeur des urgences
l'unique rpg inspiré des séries médicaux, policières et de leur spin off le forum a ouvert officiellement ses portes le 02/09/2018.
N'hésitez pas à voter pour le forum sur nos différents topsites ICI et un joli petit mot sur notre page sur PRD

Partagez
 

 trying to reconnect (LUCAS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
people who need people
Stella DeLuca
Féminin
Messages : 180
Date d'inscription : 03/09/2018
Age : 24
Localisation : Seattle, Washington, USA
Famille : Reagan (ma mère), Lucas (mon oncle), un père absent ainsi qu'un frère et une soeur que j'aimerais connaître. Sans oublier, mon oncle préféré, Lucas Ripley. Sans oublier ma nouvelle famille, Andrea et Carina.
Profession : Étudiante en psychologie
people who need people
MessageSujet: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyDim 11 Nov - 20:06



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

Bien que j'essayais de faire croire à ma mère que la destination de mon voyage vers les États-Unis étaient un simple coup de dés, ce n'était pas tout à fait vrai. Après avoir découvert que je n'existais pas aux yeux de mon père, je ne pouvais rester en Australie, à me tourner les pouces. J'avais besoin de me retrouver et je pensais que prendre le premier avion pour Seattle était la solution. Ma mère était américaine, ça n'avait jamais été un secret, bien qu'elle avait des origines australiennes et qu'elle avait préféré l'Océanie à l'Amérique après sa séparation. Elle avait toujours de la famille qui résidait dans ce coin du monde et j'avais besoin de réponses. Qui sait peut-être que je les trouverais en m'y rendant. Mon plan s'était quelque peu modifié après ma chute au beau milieu d'un Starbuck Café. Et c'était peut-être pour le mieux. J'avais été transporté au Seattle Grace Hospital, où j'ai été traité par nul autre que mon demi-frère Andrea. Je n'avais jamais eu la chance de lui parler, puisque j'avais été cet enfant qui avait brisé sa famille. Cependant, j'étais bien contente de l'avoir retrouvé et que malgré le froid qui s'était installé entre nous dès le départ, une belle relation allait en sortir.

Andrea ne faisait pas partir de mon plan initial, mais mes oncles, oui. J'avais fait des recherches sans que ma mère le sache et je vais de sources certaines que mon oncle Lucas, le frère aînée de ma mère résidait toujours à Seattle. Je ne me souviens même pas la dernière fois où nous nous sommes vus. Un genre de chicane planait sur la famille Ripley et j'avais l'impression que mon père en était l'une des raisons. J'avais pris le chemin vers la résidence de mon oncle, en fin de journée. Comme il était pompier, je ne savais pas s'il était chez lui, mai je ne perdais rien à essayer de le contacter. Après quelques minutes, je suis arrivée devant la porte de mon appartement, je sentais mon cœur se frapper contre ma cage thoracique. J'ai lourdement soupiré avant de déposer mon poing contre la porte et de frapper contre celle-ci.    


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cause we got the fire
Lucas Ripley
Masculin
Messages : 141
Date d'inscription : 28/10/2018
Localisation : La ville de Seattle
Famille : Un père pompier , une mère avocate et deux frères et une soeur
Profession : Fire Chief for Seattle Fire Department.
Cause we got the fire
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyLun 12 Nov - 0:24



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

La vilaine , elle s'était éclipsée de mon lit sans me dire un mot, sans me laisser un message écrit ou par texto... Alors que je prenais ma douche pour me débarrasser de tout ce qui aurait pu nous trahir aux yeux du monde... Cette aventure devait rester secrète, et pour le moment , je n'avais aucune idée de où tout cela allait finalement nous amener. Je pourrai perdre mon statut de chef pour si peu et Dieu seul sait que ma place est convoitée. Le mieux pour moi était sûrement d'y mettre un terme dans l'heure  et pourtant, j'attendais encore bêtement que Vic m'écrive, serait-ce en moins pour me dire si cette nuit lui a offert autant de plaisir qu’à moi.   Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas retrouvé avec une femme et j'avoue que c'était bien là un feu que j'avais refusé d'éteindre, bien au contraire mon corps tout entier s'est brûlé en se frottant langoureusement au sien. Je jetai un dernier coup d’œil à l'écran de mon portable, puis me laissai tomber dans le canapé avant d’attraper la télécommande et de zapper toutes les chaînes, dans l'incapacité de me concentrer sur aucun programme.  Toutes mes pensées étaient  pour elle, et à cette nuit que nous avions partagé, j'aurais tellement aimé qu'elle soit pour en discuté comme deux personnes civilisées, mais non... La brune avait préféré prendre la fuite discrètement et me laisser dans un état dubitatif. Que faire... Je ne pouvais pas l’appeler , elle avait sûrement du travail à la Caserne et puis, son équipe n'était jamais loin pour jeter un regard indiscret à son téléphone. Je ne pouvais pas prendre le risque qu'on découvre notre idylle...Mais une romance dissimulée , se consume souvent comme un feu de pailles,  et il y a clairement rien de plus destructeur que les secrets et les mensonges. Pas sure que j'ai encore l'age pour ce genre de bêtise, il était d'ailleurs temps que je trouve une certaine stabilité.  Et pas sure que je la trouverais avec elle, bien que je la perçois comme drôle, héroïque et totalement sauvage. Il a fallu qu'elle me tienne tête avec véhémence pour que je succombe à cette panthère. Jamais on ne m'avait rendu aussi vivant...Comme jamais on ne m'avait confronté avec autant d'insolence et cela me plaisait bien.

Je laissai passer un soupire d'ennui avant de poser enfin mon regard sur un documentaire animalier. Quoi de mieux pendant que tu déjeunes qu'un lion entrain de chasser une proie. Oh oui le règne animal avait quelque chose de très prenant, le genre de chose qui sincèrement m'inspire pour jouer le chef...Je pris une première gorgée de mon café noir ,et on toqua brusquement  à la porte. Peut-être bien Vic, car je n'attendais personne . Je suis plutôt solitaire comme personne,  j'ai fini par ériger des barrières entre la souffrance et moi. J'arrive ! Criai-je à cet inconnu, avant de me lever , encore habillé de mon pyjama.C'était ma journée de repos et je n'avais pas prévu de bouger de mon chez moi... Et encore moins cette visite inattendue. Je savais que tu reviendrais pour finir cette nuit torride... Avais-je dis tout en ouvrant la porte, et avant même de croiser le regard de cette petite brunette , qui n'était autre que ma nièce Stella. Je raclai ma gorge , l'air gêné puis finis par dire. Stella quelle surprise! désolé je pensais que c'était ma conquête d'hier soir , elle est partie sans rien me dire et j'attends de ses nouvelles. Sinon , avant que je ne te déballe toute ma vie sexuelle sur un plateau d'argent, tu veux quoi? Je m'adressai à elle comme-ci les années d'absence n'avaient pas compté. J'étais en froid avec sa mère pour une histoire qui remonte à si loin que finalement, on ne sait même plus comment tout à démarré. Entre, j'étais entrain de déjeuner, si tu as faim j'ai fait des pancakes. En moins sa compagnie allait me permettre de penser à autre chose. De nouveau je pris ma tasse à café, éteignant la télé de mon autre main, avant de reporter toute mon attention sur elle, que je n'avais pas revu depuis Noel dernier.   



_________________
"La vie s'apparente à la mer. Il y a le bruit des vagues quand elles s'abattent sur la plage, et puis le silence d'après, quand elles se retirent. Deux mouvements sans discontinuer. L'un est rapide et violent, l'autre est doux et lent. Vous aimeriez vous retirer, dans le même silence des vagues, partir discrètement, vous faire oublier de la vie. Mais d'autres vagues arrivent, et arriveront encore et toujours. parce que c'est ça la vie... C'est le mouvement, c'est le rythme, le fracas parfois, durant la tempête, et le doux clapotis quand tout est calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
people who need people
Stella DeLuca
Féminin
Messages : 180
Date d'inscription : 03/09/2018
Age : 24
Localisation : Seattle, Washington, USA
Famille : Reagan (ma mère), Lucas (mon oncle), un père absent ainsi qu'un frère et une soeur que j'aimerais connaître. Sans oublier, mon oncle préféré, Lucas Ripley. Sans oublier ma nouvelle famille, Andrea et Carina.
Profession : Étudiante en psychologie
people who need people
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyVen 16 Nov - 5:13



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

« Je savais que tu reviendrais pour finir cette nuit torride... » Le sourire qui s'était affiché sur mon visage lorsque j'avais entendu sa voix de l'autre côté de la porte close, s'est rapidement effacé lorsqu'il l'a ouvert, me prenant pour sa dernière conquête. Mes yeux se sont arrondis et ma bouche s'est ouverte sous l'effet de surprise. Mon oncle Lucas s'est raclé la gorge, l'air gêné, en réalisant que ce n'était que moi. Ne vous inquiétez pas, j'étais tout aussi malaisée par la situation. Je pouvais en sentir la chaleur sur mes joues. « Stella quelle surprise! désolé je pensais que c'était ma conquête d'hier soir , elle est partie sans rien me dire et j'attends de ses nouvelles. Sinon , avant que je ne te déballe toute ma vie sexuelle sur un plateau d'argent, tu veux quoi? » C'était beaucoup trop de détails pour moi, mais ça m'apprendra à me présenter chez les gens sans les avertir de ma venue. « Entre, j'étais entrain de déjeuner, si tu as faim j'ai fait des pancakes. » Je me suis exécutée et je suis entrée à l'intérieur de l'appartement de mon oncle. Ce n'est qu'une fois à la cuisine que j'ai ouvert la bouche. « Je ne suis pas ici pour quoi que ce soit... Je suis de passage à Seattle, du moins, c'est ce que je pensais et je voulais te faire une surprise... Et je ne dirai pas non à des pancakes. » Pour ce qui était de la surprise, c'était réussi... Pour le reste, j'avais l'impression que j'avais encore beaucoup d'explications à lui fournir. Ce n'était pas tous les jours que votre nièce de l'Australie débarque sans avertir. Ce n'était pas tout à fait vrai lorsque je disais que je ne voulais rien... En fait, je voulais des réponses, je voulais me ressourcer et venir à Seattle était pour moi, la seule solution. Le dire à mon entourage aurait été une très grosse erreur, parce que j'étais certaine que ma mère m'aurait empêché de prendre l'avion. « Maman ne sait pas que je suis ici... »  À ces paroles, j'ai détourné le regard tel un enfant qui s'apprêtait à se faire chicaner. J'avais peut-être vingt-quatre ans, mais je n'avais jamais fait une telle chose auparavant... En fait, je n'avais rien de l'adolescente rebelle, tout au contraire et je n'avais jamais réellement menti à ma mère, alors lorsque j'osais y repenser, je sentais toute la culpabilité refaire surface. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cause we got the fire
Lucas Ripley
Masculin
Messages : 141
Date d'inscription : 28/10/2018
Localisation : La ville de Seattle
Famille : Un père pompier , une mère avocate et deux frères et une soeur
Profession : Fire Chief for Seattle Fire Department.
Cause we got the fire
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyVen 16 Nov - 10:15



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

« Je ne suis pas ici pour quoi que ce soit... Je suis de passage à Seattle, du moins, c'est ce que je pensais et je voulais te faire une surprise... Et je ne dirai pas non à des pancakes. »  Voilà qui avait le mérite d’être clair,  cela dit je ne m'y attardai pas non plus, préférant sortir du placard un bol , une tasse et des couverts , selon ce qu'elle prendrait pour accompagner les pancakes. Je pensais que Vic resterait pour déjeuner , mais finalement elle était partie très tôt de chez moi.  Je m'efforçais de ne pas le prendre mal, mais une partie de moi demeurait inquiète. Eh bien la prochaine fois que tu seras de passage, il est préférable de m'avertir, tu as de la chance d'ailleurs que je sois chez moi. A peu de choses près , elle aurait pu rencontrer ma nouvelle petite amie, si je puis  le dire , car pour le moment il m'était difficile de nous définir. On n'avait  fait que de succomber à un désir profond et intense. « Maman ne sait pas que je suis ici... » Voilà qui était de mieux en mieux, après Stella avait l'age d'aller ou elle veut sans rendre des comptes à qui que ce soit , même à sa propre mère. Donc j'en conclus que ton passage à Seattle n'est pas que pour moi, je me trompe ? Bien évidemment que non, j'avais beau être fâché avec ma sœur, jamais elle n’empêcherait Stella de voir son oncle , qui plus est jamais elle n'avait menti à sa mère comme ça. Elle doit se faire du souci, tu devrais l’appeler et lui dire que tu vas bien.  Tu sais malgré que nous soyons en froid depuis des années maintenant , j'ai énormément de respect pour ma sœur et dans un sens je serai toujours là pour la protéger. A la mort de nos parents je l'ai élevé, ainsi que ses frères. Je continuai à dresser la table, sans chercher une seule seconde son regard, en dépit de l'importance de mes paroles. C'est comme ça... J'ai été trop loin dans mes propos concernant ton père et elle n'a pas apprécié. Puis finalement elle est repartie vivre en Australie à cause de lui. Par moment, je déteste avoir raison, ça ne conduit pas toujours à de la satisfaction. Je laissai passer un soupire et lui fis signe de prendre place à table.  Je ne sais combien de temps Stella était à Seattle ? et si sa motivation avait un quelconque lien avec les Deluca ? Mais je comptais pas la laisser sans le moindre repère. On verra ça tout à l'heure,  pour le moment j'aimerais que tu m'expliques pourquoi tu es à Seattle ? Tu sais si tu as besoin d'un toit pour ton séjour, tu es la bienvenue... Avec ma carrière de pompier , on ne peut pas dire que je sois souvent là, donc tu peux largement rester et amener qui tu veux. C'est peut-être d'ailleurs ça la raison, un garçon ? Mon regard devint alors plus suspicieux, avant que je ne bois un peu de mon café. Je la voyais bien faire les même erreurs que sa mère, c'est à dire tout plaquer pour suivre un bel inconnu dans sa ville .  


_________________
"La vie s'apparente à la mer. Il y a le bruit des vagues quand elles s'abattent sur la plage, et puis le silence d'après, quand elles se retirent. Deux mouvements sans discontinuer. L'un est rapide et violent, l'autre est doux et lent. Vous aimeriez vous retirer, dans le même silence des vagues, partir discrètement, vous faire oublier de la vie. Mais d'autres vagues arrivent, et arriveront encore et toujours. parce que c'est ça la vie... C'est le mouvement, c'est le rythme, le fracas parfois, durant la tempête, et le doux clapotis quand tout est calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
people who need people
Stella DeLuca
Féminin
Messages : 180
Date d'inscription : 03/09/2018
Age : 24
Localisation : Seattle, Washington, USA
Famille : Reagan (ma mère), Lucas (mon oncle), un père absent ainsi qu'un frère et une soeur que j'aimerais connaître. Sans oublier, mon oncle préféré, Lucas Ripley. Sans oublier ma nouvelle famille, Andrea et Carina.
Profession : Étudiante en psychologie
people who need people
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyLun 26 Nov - 1:48



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

« Eh bien la prochaine fois que tu seras de passage, il est préférable de m’avertir, tu as de la chance d’ailleurs que je sois chez moi. » J’ai acquiescé. Je ne voulais que lui faire une surprise, sachant très bien que je pouvais tomber sur un appartement vide. Je ne connaissais pas ses horaires de travail et encore moins, ce qu’il faisait dans ses temps libres. J’avais été quelque peu chanceuse de tomber sur lui, dans ce cas. Ma mère était au courant de mon petit voyage vers les États-Unis, mais elle ne connaissait pas tout mon itinéraire, pour ne pas dire qu’elle ne le connaissait pas du tout. « Donc j’en conclus que ton passage à Seattle n’est pas que pour moi, je me trompe ? » J’ai baissé le regard vers le sol. Je me sentais comme un enfant qui venait de faire un mauvais coup et qui se faisait réprimander. « Elle doit se faire du souci, tu devrais l’appeler et lui dire que tu vas bien. Tu sais malgré que nous soyons en froid depuis des années maintenant , j’ai énormément de respect pour ma sœur et dans un sens je serai toujours là pour la protéger. A la mort de nos parents je l’ai élevé, ainsi que ses frères. » Mon regard s’était quelque peu relevé. Mon oncle Lucas dressait la table pour le petit déjeuner, alors qu’il s’adressait à moi. « C’est comme ça… J’ai été trop loin dans mes propos concernant ton père et elle n’a pas apprécié. Puis finalement elle est repartie vivre en Australie à cause de lui. Par moment, je déteste avoir raison, ça ne conduit pas toujours à de la satisfaction. » Oh ça non ! Après ma petite escapade en Italie, j’ai rapidement compris pourquoi ma mère ne me parlait pas de lui. Elle ne voulait pas que je sois blessé par lui. Malheureusement, je ne l’avais pas écouté et me voilà, blessé et me sentant abandonné par mon père. Je suis restée silencieuse. Il n’avait rien de lui à ajouter.  De toute façon, je sentais que je ne pourrais rien lui cacher… Du moins, pas très longtemps. J’ai pris place à la table, après l’invitation de mon oncle, un léger sourire sur les lèvres. « On verra ça tout à l’heure, pour le moment j’aimerais que tu m’expliques pourquoi tu es à Seattle. Tu sais si tu as besoin d’un toit pour ton séjour, tu es la bienvenue… Avec ma carrière de pompier , on ne peut pas dire que je dois souvent là, donc tu peux largement rester et amener qui tu veux. C’est peut-être d’ailleurs ça la raison, un garçon ? » Je ne pouvais qu’espérer, mais c’était un peu plus compliqué. « J’ai fait un petit voyage en Italie et il ne s’est pas passé comme je l’aurais aimé… Après être retourné à la maison, je me sentais un peu perdue et comme maman ne parle pratiquement jamais de personne, j’ai décidé de trouver les réponses à mes questions. Je ne savais pas comment t’approcher, alors je suis ici depuis quelques jours déjà… Je suis tombée sur mon frère et ma sœur, par pur hasard, lors d’une visite à l’hôpital… Rien de grave, j’ai glissé sur un plancher fraîchement nettoyé… » J’avais rencontré un garçon, oui… Mais ce n’était qu’une fois ici et je ne sais pas trop où ça s’en va. Alors je ne voulais pas mêler Barry à cette histoire, pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cause we got the fire
Lucas Ripley
Masculin
Messages : 141
Date d'inscription : 28/10/2018
Localisation : La ville de Seattle
Famille : Un père pompier , une mère avocate et deux frères et une soeur
Profession : Fire Chief for Seattle Fire Department.
Cause we got the fire
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyJeu 29 Nov - 11:32



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

Sa manière de baisser les yeux, m'indiquait que je venais de mettre le doigts sur la vérité.  Ma nièce Stella était donc venue à Seattle dans un but bien précis,  et qui était ? A cette question , un sourire mystérieux étira mes lèvres , sûrement un garçon, c'est comme dirait dans nos gènes de s'accrocher facilement et de suivre l'autre sans se soucier  une seule seconde des conséquences que notre acte  désespéré pourrait bien engendrer.  Sa mère avait suivi l'italien jusqu'à son pays natal, moi je mettais ma carrière à rude épreuve en entretenant une relation avec  un pompier de première catégorie, donc il était certain que Stella venait pour un garçon...  J'arque un temps les sourcilles, puis continuai à dresser la table pour le petit déjeuner.  Elle était si mystérieuse , mais pas pour longtemps.  Cette dernière s'installant à la table, je fis de même sans la quitter des yeux.  J'avais pour habitude de faire pression sur mes équipes d'un seul regard, alors ce n'était pas elle qui allait me cacher quelque chose d'important. Si la brune comptait rester sous mon toit, je tenais à  ce que tout soit sans surprise. « J’ai fait un petit voyage en Italie et il ne s’est pas passé comme je l’aurais aimé… Après être retourné à la maison, je me sentais un peu perdue et comme maman ne parle pratiquement jamais de personne, j’ai décidé de trouver les réponses à mes questions. Je ne savais pas comment t’approcher, alors je suis ici depuis quelques jours déjà… » Nonobstant, tout ce qui pouvait nous séparer, je restais son oncle, jamais la brune n'aurait du se montrer hésitante à venir frapper ma porte.  J'étais en froid avec sa mère certes, mais on restait avant toute chose une famille. Et si un jour cette dernière venait à avoir des soucis,  je serai là aussi pour l'épauler, même si par moment nos mots ont dépassé  tout entendement.  Rien est relativement facile dans la vie et sûrement pas les relations humaines.  D'ailleurs, j'ignorais encore où cette aventure avec cette recrue de la Station 19 allait me conduire, mais dans l'heure cela n'était pas mon interrogation principale. « Je suis tombée sur mon frère et ma sœur, par pur hasard, lors d’une visite à l’hôpital… Rien de grave, j’ai glissé sur un plancher fraîchement nettoyé… »  Elle devait bien évidemment parler  de Andréa et Carina Deluca , qui se trouvaient actuellement au Seattle Grace.  Je connaissais de vue le premier, qui lui travaillait souvent avec la Station 19. Un très gentil garçon qui n'avait rien de son père,  et qui exerçait avec brio sa carrière de chirurgien traumatique.   Pourquoi je ne suis pas surpris que tu es glissée sur un sol humide et que le destin ait choisi le Seattle Grace. Je marquai une pause affichant une expression ravie et poursuivis.   Le Destin est capricieux, il faut savoir le laisser faire et saisir les chances qu'il nous offre.  Tu t'es sentie seule et d'aventure, il t'a mis sur le chemin d'une famille que tu n'as pas eu la chance de vraiment connaître.  Je connais très bien le dr Andrea Deluca, j'ai travaillé avec lui à de nombreuses reprises et c'est un très gentil garçon, très courageux et appliqué.  Tu as beaucoup à apprendre de ton frère c'est certain.. Et je ne me fais aucun soucis à ce que tu le fréquentes, car lui et son père c'est le jour et la nuit. Il avait de son coté perdu sa mère , alors cette rencontre ne pouvait être que bénéfique pour les deux.   


_________________
"La vie s'apparente à la mer. Il y a le bruit des vagues quand elles s'abattent sur la plage, et puis le silence d'après, quand elles se retirent. Deux mouvements sans discontinuer. L'un est rapide et violent, l'autre est doux et lent. Vous aimeriez vous retirer, dans le même silence des vagues, partir discrètement, vous faire oublier de la vie. Mais d'autres vagues arrivent, et arriveront encore et toujours. parce que c'est ça la vie... C'est le mouvement, c'est le rythme, le fracas parfois, durant la tempête, et le doux clapotis quand tout est calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
people who need people
Stella DeLuca
Féminin
Messages : 180
Date d'inscription : 03/09/2018
Age : 24
Localisation : Seattle, Washington, USA
Famille : Reagan (ma mère), Lucas (mon oncle), un père absent ainsi qu'un frère et une soeur que j'aimerais connaître. Sans oublier, mon oncle préféré, Lucas Ripley. Sans oublier ma nouvelle famille, Andrea et Carina.
Profession : Étudiante en psychologie
people who need people
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyVen 18 Jan - 20:01



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

« Pourquoi je ne suis pas surpris que tu es glissée sur un sol humide et que le destin ait choisi le Seattle Grace. » Tomber sur un sol humide n'avait rien de très surprenant, même mon oncle Lucas n'en était pas surpris. J'avais toujours été maladroite, un rien me faisait tomber lorsque j'étais enfant et rien n'avait changé maintenant que j'avais atteint l'âge adulte. J’ai toujours l’impression que la vie m’en voulait pour quelque chose que j’avais fait et m’avait fait don de ce trait de ma personnalité que j’aurais préféré, par moment, ne pas avoir. « Le Destin est capricieux, il faut savoir le laisser faire et saisir les chances qu'il nous offre.  Tu t'es sentie seule et d'aventure, il t'a mis sur le chemin d'une famille que tu n'as pas eu la chance de vraiment connaître.  Je connais très bien le dr Andrea Deluca, j'ai travaillé avec lui à de nombreuses reprises et c'est un très gentil garçon, très courageux et appliqué.  Tu as beaucoup à apprendre de ton frère c'est certain.. Et je ne me fais aucun soucis à ce que tu le fréquentes, car lui et son père c'est le jour et la nuit. » C’est vrai qu’il était capricieux et surtout imprévisible. S’il y avait bien quelque chose que j’avais appris dans les dernières semaines, c’était bien ça. Il y a quelques semaines, j’étais toujours en Australie, sans réellement de plan d’action. Je vivais ma vie comme n’importe quelle jeune femme, mais tout a changé du jour au lendemain et me voilà à l’autre bout de la planète, loin de ma mère, à trouver des réponses sur qui je suis, sur ma famille, sans qu’elle ne le sache. Ce n’était pas moi. Malgré les cachotteries de ma mère concernant mon père, notre relation n’a jamais été affectée par son absence. C’était Reagan et Stella contre le monde. Mon oncle avait raison. Je me devais de l’appeler et de lui dire où j’étais et ce que je faisais. Je m’attendais à sa pire réaction, à bien y penser, elle avait tous les droits de l’être. « Je ne changerai jamais, il faut croire. Je suis née avec deux pieds gauches, je vais probablement mourir avec deux pieds gauches. » J’ai laissé échapper un rire d’entre mes lèvres. Il fallait mieux le prendre de cette façon que de pleurer toutes les larmes de mon corps.  « C’est vrai qu’il est capricieux, mais je suis contente d’être ici. Je suis contente d’avoir finalement eu le courage de venir frapper à la porte. Je suis quasiment contente d’avoir eu droit à un petit séjour à l’hôpital, parce que grâce à ma maladresse, j’ai maintenant une relation saine avec mon frère, qui ne fait qu’évoluer positivement. » Bien qu’après les premières minutes de notre discussion n’annonçaient rien de bon, nous nous sommes rapidement bien entendu et Andrea m’avait accepté dans sa vie, comme si nous n’avions jamais été en froid. Un sourire s’était dessiné sur mes lèvres lorsque mon oncle m’a annoncé qu’il voyait d’un bon œil la relation que j’avais développé avec mon frère. Son opinion valait beaucoup à mes yeux, malgré tout. « Le jour et la nuit, tu dis ? Ce n’est même pas comparable ! » Un autre rire est sorti de ma bouche, avant de prendre une gorgée de mon café. « Je ne pense pas que tu as été trop loin dans tes propos. Ce n’est qu’un pauvre con, et laisse-moi te dire qu’elle saura ce que je pense lorsque je lui parlerai. »  Ce n’était pas contre ma mère, au contraire. Je voulais simplement qu’elle sache que je comprenais pourquoi elle n’avait jamais voulu me parler de lui, après notre départ de l’Italie. 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cause we got the fire
Lucas Ripley
Masculin
Messages : 141
Date d'inscription : 28/10/2018
Localisation : La ville de Seattle
Famille : Un père pompier , une mère avocate et deux frères et une soeur
Profession : Fire Chief for Seattle Fire Department.
Cause we got the fire
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyDim 20 Jan - 12:48



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

Aussi longtemps que je me souvienne , ma nièce, Stella Deluca a toujours été  très maladroite, autant dans les gestes que dans les mots ..Je la revois, haute comme trois pommes, les genoux écorchés à sangloter outre mesure, avant de venir se réfugier dans mon bras.  Déjà à cette époque , son père l'intimidait au point de venir choisir son oncle , comme figure masculine et protectrice. Pourtant, on ne peut pas dire que j'ai un réel feeling avec les enfants,  d'ailleurs en dépit de mon age avancé , j'en n'avais toujours pas... Par faute sans doute d'avoir consacré ma vie à éteindre des feux, et pour n'avoir jamais trouvé la femme qui saurait me rendre plus mure et responsable. J'ai toujours l'air d'un éternel adolescent... Raison de plus pour que je m'intéresse à plus jeune que moi. « Je ne changerai jamais, il faut croire. Je suis née avec deux pieds gauches, je vais probablement mourir avec deux pieds gauches. » A ses paroles, j'étouffai un rire moqueur, il était certain même.. Cela dit , les défauts pouvaient être un atout de charme , et j'étais sure qu'à Seattle un garçon pourrait effectivement craqué sur son coté extrêmement maladroit . Il suffisait juste qu'elle tombe sur quelqu'un de vrai et qui serait en quelque sorte son égal.  Dieu seul sait ce que le Destin peut encore nous réserver.  J'en étais la preuve vivante avec cette jeune recrue, alors que je n'attendais plus rien niveau rencontre, voilà que cette petite brune au tempérament de feu se met à aboyer sur moi. A ce souvenir , un léger sourire naquit sur mes lèvres.. J'étais le chef des pompiers de Seattle et jamais, je n'avais subi un tel affront de la part d'un soldat du feu, j'aurais pu la suspendre pour si peu mais au lieu de cela , j'avais fait le choix de la faire entrer plus intimement dans ma vie. Je ne sais si il est question d'amour véritable ou bien d'un feu de pailles, mais je me sentais bien dans ses bras, et lorsqu''elle venait à partir en mission et bien, un sentiment de manque venait à m'envahir. « C’est vrai qu’il est capricieux, mais je suis contente d’être ici. Je suis contente d’avoir finalement eu le courage de venir frapper à la porte. Je suis quasiment contente d’avoir eu droit à un petit séjour à l’hôpital, parce que grâce à ma maladresse, j’ai maintenant une relation saine avec mon frère, qui ne fait qu’évoluer positivement. » J'étais contente que ma nièce prenne la vie du bon pied, cela dit , elle devait rester prudente , il n' y a malheureusement pas que des agneaux dans la bergerie. Et la violence est totalement omniprésente ici, contrairement à l'Australie. « Le jour et la nuit, tu dis ? Ce n’est même pas comparable ! »  Je connaissais assez bien son frère, bien que ce dernier ignore le lien que j'ai avec sa demi sœur. C'était un brave petit gars serviable , un tantinet maniaco-dépressif, mais qui ne fera jamais de mal à qui que ce soit. Il n'est pas vraiment proche de son père d'après mes sources,  il lui tient d'ailleurs rigueur   de toutes ces choses désastreuses qui ont frappé la famille et sa rencontre avec Stella ne fera que durcir son jugement.  J'étais presque soulagé que la vérité éclate au sujet de ce salopard, pourtant rien ne pourra réparer le mal qu'il a pu faire à toutes ces femmes. « Je ne pense pas que tu as été trop loin dans tes propos. Ce n’est qu’un pauvre con, et laisse-moi te dire qu’elle saura ce que je pense lorsque je lui parlerai.  Encore une fois ça n'allait rien changé, mais je pouvais que sourire à ma nièce a cet instant précis. Je ne pensais pas qu'elle prendrait mon partie, moi qui n'a jamais fait l'effort de recoller les morceaux... Beaucoup trop fier sûrement. A cette conclusion mon visage se rembrunit, c'était de la même manière que j'avais aussi perdu mon meilleur ami. Fait ce qui est bon pour toi, c'est le plus important. Je l'avais dit d'une manière si abrupte qu'on pouvait que deviner  la douleur remontée à la surface. on avait tous souffert de cette histoire et aujourd'hui il ne restait plus grand chose de cette famille unie qui se rassemblait les jours de fêtes autour d'une table. Par moment, j'avais le sentiment que cet homme m'avait tout pris.  


_________________
"La vie s'apparente à la mer. Il y a le bruit des vagues quand elles s'abattent sur la plage, et puis le silence d'après, quand elles se retirent. Deux mouvements sans discontinuer. L'un est rapide et violent, l'autre est doux et lent. Vous aimeriez vous retirer, dans le même silence des vagues, partir discrètement, vous faire oublier de la vie. Mais d'autres vagues arrivent, et arriveront encore et toujours. parce que c'est ça la vie... C'est le mouvement, c'est le rythme, le fracas parfois, durant la tempête, et le doux clapotis quand tout est calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
people who need people
Stella DeLuca
Féminin
Messages : 180
Date d'inscription : 03/09/2018
Age : 24
Localisation : Seattle, Washington, USA
Famille : Reagan (ma mère), Lucas (mon oncle), un père absent ainsi qu'un frère et une soeur que j'aimerais connaître. Sans oublier, mon oncle préféré, Lucas Ripley. Sans oublier ma nouvelle famille, Andrea et Carina.
Profession : Étudiante en psychologie
people who need people
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyDim 3 Fév - 21:00



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

Ce n’était pas un mensonge lorsque je disais avoir deux pieds gauches depuis ma naissance. Du plus loin que je pouvais me rappeler, je n’avais pas assez de mes dix doigts et orteils pour compter le nombre de fois que je m’étais retrouvée les fesses sur le sol, les genoux et les mains écorchés ou bien la tête première dans un mur. Ce n’était pas tout. Ma maladresse n’était non seulement physique. Il ne faut pas oublier que mes paroles ont pris le dessus sur tout le reste. Petite, je courais vers les bras de mon oncle, de qui j’étais toujours eu une belle relation, malgré les différent qu’il avait rencontré au fils des ans. Il y a une chose que je n’ai jamais compris. Je courais vers lui, et ce, même lorsque mon père était toujours présent dans ma vie. Je ne suis jamais allée vers lui pour qu’il me réconforte. Jamais. Être maladroite avait ses bons et ses mauvais côtés. Il y a longtemps que je l’avais comprise, mais c’était un peu plus clair maintenant que j’étais à Seattle. J’avais tout ce chemin pour me frapper le crâne contre un plancher, mais si ceci ne s’était pas produit, je n’aurais jamais renoué avec mon passé. Sans cette visite à l’hôpital, je n’aurais jamais reconnecté avec mon frère et ma sœur. Je n’aurais jamais eu droit à cette deuxième chance qu’Andrea n’avait pas hésité à me donner.

Avec tout ce qui s’était produit depuis mon arrivée à Seattle, je ne pouvais que prendre la vie du bon côté. Je n’avais jamais été celle qui s’apitoyait sur son sort bien longtemps et je croyais que rien n’arrivait sans but précis dans la vie. Lorsque mon oncle Lucas riait, je savais que ce n’était pas contre moi, parce que je le faisais aussi, à bien y repenser. Avec les années, c’était ce que j’avais appris à faire. De toute façon, j’étais déjà sur le sol, alors pourquoi ne pas le prendre avec un brin d’humour, mon égo était déjà blessé. Je n’avais pas besoin d’en ajouter. « Fait ce qui est bon pour toi, c’est le plus important. » Je pouvais sentir la douleur dans sa voix. Tout d’un coup, je me sentais mal d’avoir aborder ce sujet, sachant très bien ce que mon père avait fait vivre à ma famille. « Je suis désolée… Je ne voulais pas… » J’ai baissé les yeux vers le sol. J’avais été blessé par ce qu’il m’avait fait vivre quelques semaines plus tôt, mais après avoir eu quelques discussions avec Andrea, Carina et même mon oncle Lucas, je comprenais que je ne perdais rien. J’y gagnais beaucoup plus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cause we got the fire
Lucas Ripley
Masculin
Messages : 141
Date d'inscription : 28/10/2018
Localisation : La ville de Seattle
Famille : Un père pompier , une mère avocate et deux frères et une soeur
Profession : Fire Chief for Seattle Fire Department.
Cause we got the fire
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyLun 4 Fév - 9:59



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

Plus je discutais avec ma nièce , plus je reconnaissais le manque que son absence avait laissé dans ma vie . Mais voilà, les blessures s'étaient installées dans nos vies et d'une certaine manière on s'était tous perdu de vue. Du moins avant ce jour... J'étais très heureux que Stella ait choisi de frapper à ma porte au lieu de se terrer dans son coin, elle avait sa famille aussi à Seattle.. Une famille toujours prête à l’accueillir les bras ouverts, bien que je sois encore en froid avec sa mère. « Je suis désolée… Je ne voulais pas… » S'excusa-telle, alors que involontairement je venais d'exposer toute ma souffrance.  Ce n'était pourtant pas dans mon genre de dévoiler mes sentiments, mais cette réponse m'était venue de manière spontanée. Non non, ne t'excuse pas.. Je ne voulais en aucun cas te mettre mal à l'aise en disant ça.. Je marquai un silence le temps de lui tendre quelques viennoiseries et repris. C'est juste pas évident, le temps s'est écoulé à une vitesse fulgurante et dans cette famille on est toujours au même point. J'ai l'impression qu'on est dans une terrible impasse.. Une impasse uniquement construit par notre fierté respective. Je me tus, le temps de boire une gorgée de mon café et , reposant la tasse sur la table, repris, le regard cette fois-ci posé sur le contenu. Parfois, j'aimerai attraper mon téléphone et l'appeler mais.. Mais dans cette affaire les mots ont dépassé les actes, et tu sais combien ça peu faire plus mal. Après tout ce temps à se déchirer , je ne sais plus comment revenir et je ne pense pas qu'un simple «  pardon » pourrait réparer le silence de nombreuses années. De nouveau, je posai mes iris bleus sur les siens qui étaient de teinte chocolat. Elle ressemblait tellement à sa mère, cela m'était déroutant.. Cela dit, je soutenais son regard avec détermination. C'est tellement paradoxal quand on y pense..  J'eus un petit rire...Mais un petit rire qui resta triste cependant. J'affronte jour après jour des incendies, je mets constamment ma vie en péril et je suis incapable de régler une banale affaire familiale. Si tu as une solution pour extirper ton oncle de ce pétrin , je suis tout oui... Toutes propositions étaient bonnes à prendre... Je n'ai plus rien à perdre de toute évidence, toute mon existence semble déjà réduit en lambeaux.  Je me pinçai les lèvres un court instant, puis finis par dévier sur une autre discussion. C'était incontestablement le mieux à faire avant qu'on ne dérape sur un terrain glissant. Et maintenant que comtes-tu faire exactement ? Mon regard ancré dans le sien s'intensifia. Que cherches tu exactement comme réponse à Seattle ? Je pourrais te mettre en garde de ne pas trop remuer le passé mais, oui je pense que tu as droit à quelques réponses.  Cela dit je ne suis pas sur d’être en mesure de tout te répondre.  Comme tu peux le constater ton oncle Lucas est un vieux loup solitaire enfermé dans son devoir Ce n'était pas plus mal, c'est tout bonnement ce qui arrive quand on rencontre la souffrance à un point inimaginable, on change.  


_________________
"La vie s'apparente à la mer. Il y a le bruit des vagues quand elles s'abattent sur la plage, et puis le silence d'après, quand elles se retirent. Deux mouvements sans discontinuer. L'un est rapide et violent, l'autre est doux et lent. Vous aimeriez vous retirer, dans le même silence des vagues, partir discrètement, vous faire oublier de la vie. Mais d'autres vagues arrivent, et arriveront encore et toujours. parce que c'est ça la vie... C'est le mouvement, c'est le rythme, le fracas parfois, durant la tempête, et le doux clapotis quand tout est calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
people who need people
Stella DeLuca
Féminin
Messages : 180
Date d'inscription : 03/09/2018
Age : 24
Localisation : Seattle, Washington, USA
Famille : Reagan (ma mère), Lucas (mon oncle), un père absent ainsi qu'un frère et une soeur que j'aimerais connaître. Sans oublier, mon oncle préféré, Lucas Ripley. Sans oublier ma nouvelle famille, Andrea et Carina.
Profession : Étudiante en psychologie
people who need people
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyVen 5 Avr - 4:20



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

Je n’avais jamais voulu blesser mon oncle en parlant de mon père. J’avais cru bon le mentionner, parce qu’indirectement, il était la personne qui m’avait poussé à prendre l’avion pour venir jusqu’à Seattle. Je m’étais sentie perdue après ces retrouvailles manquées avec le pauvre con qui me servait de géniteur. Je n’avais plus envie d’utiliser le mot « père » en le désignant. Outre son nom de famille, je n’avais rien en commun avec cet homme et je le savais maintenant. « Non non,ne t’excuse pas.. Je ne voulais en aucun cas te mettre mal à l’aise en disant ça.. » Il a pris une pause, puis m’a tendu quelques viennoiseries. J’ai étiré mon bras pour me servir. « C’est juste pas évident, le temps s’est écoulé à une vitesse fulgurante et dans cette famille on est toujours au même point. J’ai l’impression qu’on est dans une terrible impasse.. Une impasse uniquement construit sur notre fierté respective. » Bienvenue chez les Ripley! Je n’avais jamais hésité un instant que ce côté de ma personnalité venait de ma mère. Elle était si fière, qu’elle ne parlait que très rarement, pour ne  pas dire jamais, de ces erreurs du passé. « Parfois, j’aimerais attraper mon téléphone et l’appeler mais.. Mais dans cette affaire les mots ont dépassé les actes, et tu sais combien ça peu faire plus mal. Après tout ce temps à se déchirer , je ne sais plus comment revenir et je ne pense pas qu’un simple « pardon » pourrait réparer le silence de nombreuses années. » Mon regard avait croisé les siens et contrairement à ce que j’avais pensé, je ne pouvais détourner le regard. « C’est tellement paradoxal quand on  pense.. » Un petit rire s’est échappé d’entre ses lèvres. Ce rire n’avait rien de joyeux, je pouvais le ressentir. « J’affronte jour après jour des incendies, je mets constamment ma vie en péril et je suis incapable de régler une banale affaire familiale. Si tu as une solution pour extirper ton oncle de ce pétrin , je suis tout oui… » C’était à mon tour de rire. Contrairement à mon oncle, le mien était rempli d’incompréhension et de désespoir. Je ne savais plus où donner de la tête. Je voulais tellement que notre petite famille, du moins, ce qui est restait, soit réuni. Que cette chicane qui durait depuis des années disparaisse et que nous commencions sur de nouvelles bases. Je ne savais pas si c’était trop demandé, mais pour y arriver, il fallait mettre sa fierté de côté et accepter ces torts. Je ne veux pas mettre le blâme sur qui que ce soit, parce que je pense que tous et chacun en possède dans cette histoire, moi y compris. « La solution que j’ai en tête ne plaira peut-être pas à personne, mais cette stupide fierté qui plane au-dessus de vos têtes, quelqu’un devra la mettre de côté. Je vois bien que cette histoire te blesse tout autant qu’au premier jour, même si je n’étais techniquement pas présente, mais maman aussi souffre, même si elle pense qu’elle ne le démontre pas. Je sais qu’elle ne le fera pas, parce qu’elle ne veut pas entendre ce que tu as pu lui dire… Je ne sais toujours pas ce qui a pu se dire et je ne veux pas le savoir… Téléphone-lui, je sais que c’est ce qu’elle attend. » Ma mère avait essayer de garder ces erreurs du passé sous silence, mais je savais qu’elle s’en voulait d’avoir fait souffrir sa famille, qu’ils avaient probablement raison d’agir de la sorte. Je savais aussi qu’elle ne prendrait pas le téléphone pour faire les premiers pas. Elle était beaucoup trop fière et elle savait qu’elle se ferait réprimander pour tout. Je pensais, qu’au contraire, que cette histoire, aussi destructrice qu’elle a pu l’être, pouvait les ramener l’un vers l’autre. « Et maintenant que comtes-tu faire exactement ? Que cherches tu exactement comme réponse à Seattle ? Je pourrais te mettre en garde de ne pas trop remuer le passé mais, oui je pense que tu as droit à quelques réponses. Cela dit je ne suis pas sur d’être en mesure de tout te répondre. Comme tu peux le constater ton oncle Lucas est un vieux loup solitaire enfermé dans son devoir. » J’ai arqué le sourcil à ces dernières paroles. Un vieux loup solitaire, hein? « Je ne savais pas que les vieux loups solitaires passaient des nuits torrides avec de jolies filles… Parce que si je me souviens bien, il y a quelques minutes, tu m’as prise pour quelqu’un d’autre… » Lui dis-je, avant de rire. J’ai rapidement pris une gorgé de mon café avant de continuer. « Sérieusement, je ne sais pas ce que je veux réellement. Lorsque je suis partie de l’Australie, j’avais un plan tout tracé. Je venais ici pour connaître mes racines, parce que clairement mon accent n’a rien à voir avec mon histoire. Je me sentais prise au centre d’un tourbillon sans fin et j’avais besoin de changer d’air. Maintenant que je suis ici, j’ai renoué avec une partie de mon passé, et ça, ce n’était pas sur mon itinéraire, puisque je ne savais pas que mon frère et ma sœur travaillaient dans l’un des meilleurs hôpitaux, dans cette ville où ma mère a passé la première moitié de sa vie. J’ai pris des jours à venir te voir et je ne sais même pas pourquoi. Est-ce que j’avais peur de ta réaction… Peut-être? Mais je suis contente de l’avoir fait. Est-ce que je veux rester ici? Je ne sais pas. J’ai rencontré de nouvelles personnes et j’ai l’impression qu’elles seront importantes dans ma vie, alors pourquoi partir? » J’ai soupiré, tellement de possibilités et surtout beaucoup plus de questions sur tout, sauf sur les réelles raisons de mon voyage.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cause we got the fire
Lucas Ripley
Masculin
Messages : 141
Date d'inscription : 28/10/2018
Localisation : La ville de Seattle
Famille : Un père pompier , une mère avocate et deux frères et une soeur
Profession : Fire Chief for Seattle Fire Department.
Cause we got the fire
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptySam 13 Avr - 7:39



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

Je savais combien c'était important pour Stella , la famille... Combien toute cette histoire devait la briser de l'intérieur. Mais c'était là, une histoire qui durait depuis des années et à priori , on ne savait plus comment pardonner l'autre. De son coté aussi , elle avait fait pas mal d'erreurs, et certaines de ses paroles tournaient encore dans ma tête. Comme quoi, les mots font plus mal que les poings parfois. Ceci dit je n'allais rien ajouter à cette conversation, Stella était assez mal comme ça , pour renchérir.. Je lisais clairement que toute cette situation la bouleversait, et d'une certaine manière j'en étais désolé. « La solution que j’ai en tête ne plaira peut-être pas à personne, mais cette stupide fierté qui plane au-dessus de vos têtes, quelqu’un devra la mettre de côté. Je vois bien que cette histoire te blesse tout autant qu’au premier jour, même si je n’étais techniquement pas présente, mais maman aussi souffre, même si elle pense qu’elle ne le démontre pas. » Je restai silencieux, mon regard se perdant dans le noir de mon café, que je remuais machinalement avec ma cuillère, je n'avais pourtant pas mis de sucre...Je n'aime pas vraiment ça. Ce qu'elle disait , était vrai, je ne pouvais guère le nier... Et dans ce jeu de « qui a tord et a raison » on avait surtout tous perdu la raison à cause de ce fou de Deluca. Stella semblait d'ailleurs pas connaître ses soucis mentaux et c'était bien mieux comme ça. « Je sais qu’elle ne le fera pas, parce qu’elle ne veut pas entendre ce que tu as pu lui dire… Je ne sais toujours pas ce qui a pu se dire et je ne veux pas le savoir… Téléphone-lui, je sais que c’est ce qu’elle attend. »  Si je l’appelle ça sera surtout pour lui dire que sa fille est ici avec moi. Avant qu'elle ne s'inquiète de sa disparition. Encore une fois , je me suffis du silence comme réponse et du bruit de ma cuillère venant taper contre la céramique... Cette discussion, me mettait mal à l'aise, mais il était sure que j'allais continuer à réfléchir sur la question , même enfermer dans mon bureau. Mais dans l'heure , j'allais surtout me consacrer à elle , qui se tenait face à moi et qui avait fait tout ce trajet depuis l'Australie. « Je ne savais pas que les vieux loups solitaires passaient des nuits torrides avec de jolies filles… Parce que si je me souviens bien, il y a quelques minutes, tu m’as prise pour quelqu’un d’autre… »  Sur ces paroles, je retroussai les lèvres, elle n'avait pas tord, cependant avoir quelqu'un  dans ses bras le temps d'une nuit, ne veut pas dire non plus que ta solitude est tarie.  Vraisemblablement, j'avais perdu beaucoup de personnes au cours de ma vie et aujourd'hui j'apprenais à vivre sans. Il y a eu ma femme, mon meilleur ami, ma sœur et des pompiers morts en combattant le feu.. . « Sérieusement, je ne sais pas ce que je veux réellement. Lorsque je suis partie de l’Australie, j’avais un plan tout tracé. Je venais ici pour connaître mes racines, parce que clairement mon accent n’a rien à voir avec mon histoire. Je me sentais prise au centre d’un tourbillon sans fin et j’avais besoin de changer d’air.  » Un sentiment que je connais que trop bien, et que j'arrivai à oublier grâce à  cette relation clandestine que nous entretenions depuis quelques jours. « J’ai pris des jours à venir te voir et je ne sais même pas pourquoi. Est-ce que j’avais peur de ta réaction… Peut-être? Mais je suis contente de l’avoir fait. Est-ce que je veux rester ici? Je ne sais pas. J’ai rencontré de nouvelles personnes et j’ai l’impression qu’elles seront importantes dans ma vie, alors pourquoi partir? » J'avais surement beaucoup à apprendre de ma nièce, mais je ne pouvais guère l'influencer à rester ici.Cela était une décision qui lui appartenait.. Fait ce qui est bon pour toi , surtout.  Avais-je simplement dit avant d'attraper un croissant au beurreet d'arracher un premier morceau. Il n' y a que toi qui peut répondre à cette question. Mais bien que tu ais hésité tu reste la bienvenue..Et la seule chose que je peux te dire c'est que si tu as rencontré des morceaux de bonheurs à Seattle, essaye de voir où tout cela peu t'amener finalement. On est parfois surpris de ce que la vie nous réserve, alors qu'on ne s'attendait à plus rien.. Au vu de la situation, je n'attendais pas grand chose de cette relation non plus , cela dit on était encore à se voir et à passer du bon temps.   


_________________
"La vie s'apparente à la mer. Il y a le bruit des vagues quand elles s'abattent sur la plage, et puis le silence d'après, quand elles se retirent. Deux mouvements sans discontinuer. L'un est rapide et violent, l'autre est doux et lent. Vous aimeriez vous retirer, dans le même silence des vagues, partir discrètement, vous faire oublier de la vie. Mais d'autres vagues arrivent, et arriveront encore et toujours. parce que c'est ça la vie... C'est le mouvement, c'est le rythme, le fracas parfois, durant la tempête, et le doux clapotis quand tout est calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
people who need people
Stella DeLuca
Féminin
Messages : 180
Date d'inscription : 03/09/2018
Age : 24
Localisation : Seattle, Washington, USA
Famille : Reagan (ma mère), Lucas (mon oncle), un père absent ainsi qu'un frère et une soeur que j'aimerais connaître. Sans oublier, mon oncle préféré, Lucas Ripley. Sans oublier ma nouvelle famille, Andrea et Carina.
Profession : Étudiante en psychologie
people who need people
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptySam 4 Mai - 19:29



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

Je ne pensais jamais rester bien longtemps à Seattle. J’avais besoin de réponses, c’est tout. Cependant, j’avais finalement pris mon courage à deux mains pour frapper à la porte de mon oncle Lucas, en plus d’avoir officiellement rencontrer Andrea et renouer avec Carina, après toutes ces années de frustration. C’est sans oublier Barry. Le lien que j’avais avec le jeune homme était spécial et j’étais plutôt curieuse de savoir le développement de cette nouvelle relation. Même si ma petite mission personnelle devait durer que quelques jours, voire quelques semaines, je ne pouvais pas abandonner toutes ces personnes, et retourner à ma petite vie en Australie, c’était désormai impossible. «  Fait ce qui est bon pour toi , surtout. » Et qu’est-ce qui était bon pour moi? Je n’en avais aucune idée. Je voulais tout et rien en même temps. Je croyais que tout ça serait facile, mais non, ça ne l’est jamais. J’aurais dû le savoir. «  Il n' y a que toi qui peut répondre à cette question. Mais bien que tu ais hésité tu reste la bienvenue..Et la seule chose que je peux te dire c'est que si tu as rencontré des morceaux de bonheurs à Seattle, essaye de voir où tout cela peu t'amener finalement. On est parfois surpris de ce que la vie nous réserve, alors qu'on ne s'attendait à plus rien.. » Des morceaux de bonheur, oh ça oui! Du moins, c’est ce que je pense avoir trouver. Je ne sais pas ce que l’avenir me réserve ici. J’ai baissé les yeux sur ma tasse, réfléchissant à toutes ces questions que je me posais et que je venais de dire tout haut. Oncle Lucas avait raison, j’étais la seule personne qui pouvait y répondre. J’ai longtemps refusé de sauter tête première, ne voulant pas terminer comme ma mère, qui croyait que je ne voyais pas comment cette relation avec mon père l’avait détruite, même si vingt longues années s’étaient écoulées, et je n’ose même plus mentionner l’histoire de famille, qui pèse sur elle, sur moi, sur Oncle Lucas depuis trop longtemps. J’ai relevé les yeux, regardant mon oncle, avant d’ouvrir la bouche de nouveau. « Je crois que je vais laisser une chance à la vie. » J’ai souris légèrement. « Je ne sais pas où tout ça va me mener, mais pour l’instant, je suis heureuse. Peut-être que tout va me sauter au visage, mais au moins, j’aurai essayé, pour une fois. » J’ai dévié mon regard, une fois de plus, avant de prendre ma tasse et d’en prendre une gorgée.   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cause we got the fire
Lucas Ripley
Masculin
Messages : 141
Date d'inscription : 28/10/2018
Localisation : La ville de Seattle
Famille : Un père pompier , une mère avocate et deux frères et une soeur
Profession : Fire Chief for Seattle Fire Department.
Cause we got the fire
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) EmptyMar 7 Mai - 9:12



trying to reconnect

 
Lucas Ripley  ϟ  Stella DeLuca.

« Je crois que je vais laisser une chance à la vie. »  A ces paroles , un sourire naquit sur mes lèvres . C'était ce que je faisais actuellement en ouvrant ma porte à Vic' et cela en dépit de tous les interdits. Il y avait quelque chose de nouveau dans cette relation, quelque chose qui me faisait du bien et qui me rendait vivant... Quelque chose que je ne pensais plus rencontrer un jour et surtout à mon age. A cette pensée , j'eus ce sourire niais qu'ont tous les amoureux... Je n'avais pourtant plus treize ans,  oh non loin de là... Je suis dans un age où l'amour a le goût d'un souvenir. Ou la carrière a fini par prendre place sur tout le reste. D'une certaine manière cette relation me faisait peur, tout comme elle m'apportait un vent de fraîcheur. Elle était jeune et impertinente,  le genre de personne qui d'ordinaire m’exaspère au plus haut point... Enfin si je laissai parler le chef des pompiers, droit et fermé.. Car l'homme qui se cache derrière ce masque est tout à l'opposé.  Un vrai enfant avec des rêves plein la tête.. Et des interdits à braver pour se sentir unique et en marge avec la société. Oh oui croyez moi, il y a bien deux Lucas Ripley qui se disputent ce corps. « Je ne sais pas où tout ça va me mener, mais pour l’instant, je suis heureuse. Peut-être que tout va me sauter au visage, mais au moins, j’aurai essayé, pour une fois. » Finalement nos affaires respectives, avaient comme des similitudes , et peut-être devrais-je lui parler de cette femme de la station 19. On ne peut pas savoir sans avoir essayé.. C'est un fait Dis-je avant de l'imiter en portant ma tasse à mes lèvres. Mon regard ce veut alors songeur.. J'avais aussi mon lot d'interrogations et j'étais partagé entre une relation qui est sans doute purement sexuelle et mon statut de chef des pompiers de Seattle... Je pourrais tout perdre à cause de nos rencontres de chair , pour quelque chose qui peut-être n'est qu'une futilité...Mais j'avais comme le doute que cela en soit une. Car je pensais encore à Vic, lorsqu'elle quittait mon appartement et d'une certaine manière la métisse me manquait. Chère nièce, j'ai le regret de t'apprendre que des histoires cocasses et burlesques tu en auras toute ta vie, comme des douloureuses et des choix de type cornéliens. Tu n'es clairement pas au bout de ta peine et la vie c'est prendre des risques, comme un pompier qui entre dans un immeuble en flammes.. Petit préambule plutôt curieux que je venais de lui dire, avant d'ajouter. Je ne t'ai pas parlé d'elle... De cette fille que visiblement j'attendais avant que tu reviennes vers moi. Je laisse planer le mystère avant d'ajouter; Un pompier de l'une des stations que je gère... Je te laisse deviner les ennuies que je pourrais avoir si cela venait à s'ébruter. C'est un petit jeu qui dure depuis un moment entre nous et curieusement ça me fait du bien, non pas que physiquement mais aussi psychologiquement... Elle n'est pas comme les autres...Je dirais même qu'elle est assez désinvolte et casse pied, mais c'est ce qui m'a attiré en elle. En outre du fait qu'elle est brave et très pétillante.  C'est comme avoir un deuxième soleil le matin, après mon divorce je ne pensais pas revivre ça, tous ces moments simples et merveilleux que la vie peu nous offrir...Et donc, comme toi j'attends de voir où cela peu me mener en dépit du danger..Il serait pourtant facile pour moi de tout stopper et préserver ma carrière, mais je n'y arrive pas , quelque chose me retient de le faire... Une sorte de force invisible.     Quelque chose qui m'était difficile d'expliquer... Et qui d'une certaine manière me dépassait.


_________________
"La vie s'apparente à la mer. Il y a le bruit des vagues quand elles s'abattent sur la plage, et puis le silence d'après, quand elles se retirent. Deux mouvements sans discontinuer. L'un est rapide et violent, l'autre est doux et lent. Vous aimeriez vous retirer, dans le même silence des vagues, partir discrètement, vous faire oublier de la vie. Mais d'autres vagues arrivent, et arriveront encore et toujours. parce que c'est ça la vie... C'est le mouvement, c'est le rythme, le fracas parfois, durant la tempête, et le doux clapotis quand tout est calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: trying to reconnect (LUCAS) trying to reconnect (LUCAS) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

trying to reconnect (LUCAS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment Georges Lucas à trouvé l'inspiration pour Star Wars
» Photos Sarpaneva par Guy Lucas de Peslouan
» C'est feist qui ressemble a george Lucas ou...
» Moteur LUCAS
» L'évangile selon St Lucas - Sindbadboy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heartbeat: au coeur de l'urgence :: La ville de Seattle :: Habitations :: Appartement de Lucas Ripley-